Inspirer la démocratie
Menu du site

Série d'ateliers « Inspirer la démocratie »
Rapport sommaire – Moncton, les 2 et 3 octobre 2014

Le neuvième atelier « Inspirer la démocratie » s'est tenu les 2 et 3 octobre à Moncton, au Nouveau-Brunswick. L'atelier visait à aider les organismes jeunesse à comprendre le déclin de la participation citoyenne des jeunes, à leur fournir des outils pour résoudre ce problème, et à les encourager à prendre des mesures concrètes pour s'assurer que les jeunes sont prêts à voter à l'élection générale de 2015.

Quinze participants de 10 organismes ont participé à l'atelier (voir la liste des organismes participants en annexe). Tout au long de l'atelier, ils ont participé activement aux discussions sur les causes du déclin de la participation électorale et sur les mesures pouvant être prises par les organismes afin de raviver l'intérêt des jeunes pour la vie citoyenne et démocratique.

Voici un résumé de l'atelier. Les rapports sur les ateliers tenus jusqu'à maintenant se trouvent sur le site Web d'« Inspirer la démocratie », sous l'onglet Événements. Un rapport final sur la série d'ateliers sera publié en 2014.


Jour 1 : le jeudi 2 octobre

Les participants ont commencé par définir la participation citoyenne des jeunes et déterminer les obstacles qui empêchent ces derniers de participer pleinement à la vie citoyenne.

Plusieurs points ont été soulevés, notamment :

  • La participation citoyenne ne se limite pas à l'atteinte de résultats positifs. Elle consiste aussi à tenir des conversations quotidiennes, à regarder les nouvelles ou, tout simplement, à discuter des questions importantes. Elle englobe également les comportements empreints de civisme, par exemple aider ses voisins. La participation citoyenne est un mode de vie.
  • La participation citoyenne est le point de contact entre les individus et les institutions publiques. C'est la façon dont les individus participent collectivement à la vie publique.
  • La participation citoyenne est une responsabilité.


Des participants recensent des obstacles à l'engagement civique.

Les participants ont mentionné plusieurs obstacles à la participation citoyenne, notamment :

  • Les préjugés des jeunes à l'égard de la participation à la vie politique. L'apathie est parfois considérée comme « cool ». Les politiciens sont parfois perçus négativement, et la politique peut sembler un milieu où tous les coups sont permis.
  • Les jeunes peuvent manquer de confiance dans leur voix politique et être intimidés par l'action politique. Ils peuvent se sentir inférieurs ou peu efficaces, ou avoir généralement l'impression que leur opinion n'est pas importante. Ceux qui sont « dans le milieu » ne créent pas toujours des espaces propices à la participation des jeunes, et la participation à la vie politique peut être considérée comme élitiste.
  • Le vote peut être perçu comme peu pratique, en particulier pour les jeunes qui se déplacent souvent. Certains jeunes se heurtent à des difficultés de transport.
  • Les organismes ne sont pas toujours structurés de façon à accueillir les jeunes. Ils ne s'efforcent pas toujours de recruter des jeunes et de tenir compte de leurs intérêts.
  • Souvent, les jeunes ne comprennent pas comment fonctionne la démocratie ou ne se sentent pas assez informés pour s'impliquer. Les familles ne parlent pas de politique à l'heure des repas.

Jour 2 : le vendredi 3 octobre


Les participants discutent des mesures efficaces en matière de mobilisation des jeunes.

Le deuxième jour de l'atelier prévoyait des présentations et des discussions sur les pratiques exemplaires en matière de participation des jeunes et sur les mesures pouvant être prises par les organismes pour favoriser cette participation.

Séance en matinée

Présentation d'Élections Canada et discussion sur les conclusions des recherches sur la participation citoyenne (Neil Burron)

  • Les études montrent que les jeunes se heurtent à des obstacles d'accès et de motivation. Les organismes peuvent prendre des mesures pour aider les jeunes à surmonter ces obstacles.
  • Les participants ont posé des questions au sujet de la recherche sur le déclin de la participation électorale des jeunes au fil du temps. Ils ont discuté des facteurs qui amènent les membres des générations antérieures à voter en plus grand nombre que ceux de la génération actuelle.


John Beebe parle des leçons tirées sur la mobilisation des jeunes, selon l'expérience de Samara.


Les participants prennent la pose (photo prise par John Beebe).

Samara – Présentation « Parlons Démocratie » et activité expérientielle (John Beebe).

  • John Beebe a mené une activité expérientielle fondée sur « Parlons Démocratie » de Samara. Individuellement, puis en groupe, les participants ont établi les quatre caractéristiques les plus importantes de la démocratie d'après eux.
  • Après des discussions approfondies, les groupes ont atteint un consensus et créé des « bracelets de la démocratie » représentant chaque caractéristique avec une couleur.

Institut du Nouveau Monde – La participation électorale des jeunes au Québec : stratégies, leçons, rite de passage (Miriam Fahmy)

  • Miriam Fahmy a parlé des activités axées sur la participation des jeunes qu'a menées l'Institut du Nouveau Monde (INM) lors de l'élection provinciale de 2012 au Québec, notamment l'organisation de débats électoraux (et un guide à ce sujet), d'une campagne de promotion et d'un « laboratoire » avec des jeunes pour discuter des mesures pouvant favoriser la participation de ce groupe.
  • Miriam a aussi parlé du « rite de passage » de l'INM, une proposition visant à susciter un débat sur des réformes institutionnelles qui permettraient de raviver l'intérêt des jeunes à la suite de consultations avec eux.
  • Les discussions ont porté tant sur l'expérience de l'INM en matière de participation des jeunes que sur les réformes proposées.

Séance en après-midi

Participation des jeunes – Discussions sur les solutions et les pratiques exemplaires

Les participants ont cerné les pratiques exemplaires ci-dessous pour amener les jeunes à participer :

  • Organiser, dans des écoles ou des centres communautaires, des tables rondes sur des sujets choisis par les jeunes.
  • Donner aux jeunes les moyens d'agir et veiller à ce que les solutions viennent d'eux.
  • Fournir aux jeunes les outils dont ils ont besoin pour prendre confiance. Leur offrir des occasions d'utiliser leurs compétences.
  • Créer des environnements confortables et un espace non intimidant.
  • S'assurer que des jeunes sont présents au sein des institutions officielles et dans les lieux de scrutin. Embaucher des jeunes.

Mobiliser les jeunes pour qu'ils passent à l'action; mesures pouvant être prises par les organismes

Les participants ont discuté des mesures qui peuvent être prises pour accroître la participation citoyenne pendant l'élection générale de 2015 et de façon générale. Les organismes ont recommandé de prendre les mesures suivantes et se sont engagés à les prendre :

  • Parler du vote et faire de l'élection un sujet de conversation central.
  • Tenir des séances d'information non partisanes. Organiser des activités amusantes qui comportent un volet éducatif sur le vote (p. ex. des soirées au pub).
  • Promouvoir des compétitions amicales entre les différents étages de résidences pour étudiants afin d'encourager ces derniers à voter.
  • Utiliser les médias sociaux pour mettre ses amis et sa famille au défi de voter.
  • Mettre en œuvre « Parlons Démocratie ».
  • Créer une campagne visant à reconnaître les nouveaux électeurs (p. ex. des autocollants dans les lieux de scrutin).
  • Présenter les programmes des partis dans un langage facile à comprendre.
  • Former des « ambassadeurs de la démocratie » pour faire des présentations auprès d'organismes communautaires.
  • Cibler les personnes qui sont moins susceptibles d'avoir des connaissances en politique.

Les participants ont indiqué avoir besoin des outils ci-dessous pour soutenir ces activités :

  • de l'éducation pour comprendre le processus, des outils et des séances d'information;
  • des bénévoles et un espace;
  • une attitude saine, respectueuse et inclusive à l'égard des autres idées;
  • des modèles de comportement;
  • du financement.

À la fin de l'atelier, David Le Blanc, analyste de la politique et de la recherche à Élections Canada, a réitéré l'engagement de l'organisme à se tourner activement vers les jeunes pour s'assurer qu'ils savent comment s'inscrire et voter à la prochaine élection générale, en 2015. David a souligné l'importance de bâtir une communauté engagée et de favoriser la collaboration pour accroître la participation citoyenne des jeunes d'ici l'élection de 2015. Le rapport sur cet atelier sera également mis en ligne sur le site d'« Inspirer la démocratie ».

Annexe : Liste des organismes participants

  • YWCA
  • YMCA du Grand Moncton
  • Université du Nouveau-Brunswick
  • Centre communautaire de Rabbittown
  • 4-H du Nouveau-Brunswick
  • Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick
  • Association des étudiants de l'Université du Nouveau-Brunswick
  • Community Sector Council of Newfoundland and Labrador
  • Association des étudiants de l'Université St. Thomas
  • Centre accueil et d'accompagnement francophone des immigrants