Inspirer la démocratie
Menu du site

Série d'ateliers « Inspirer la démocratie »
Rapport sommaire – Montréal, les 25 et 26 septembre 2014

Le huitième atelier « Inspirer la démocratie » s'est tenu les 25 et 26 septembre à Montréal (Québec). L'atelier visait à aider des organismes jeunesse à comprendre le déclin de la participation citoyenne des jeunes, à leur fournir des outils pour résoudre ce problème, et à les encourager à prendre des mesures concrètes pour s'assurer que les jeunes sont prêts à voter à l'élection générale de 2015.

En tout, 33 représentants de 24 organismes ont participé à l'atelier (voir la liste des organismes participants en annexe). Tout au long de l'atelier, ils ont participé activement aux discussions sur les causes du déclin de la participation et sur les mesures pouvant être prises par les organismes afin de raviver l'intérêt des jeunes pour la vie citoyenne et démocratique.

Voici un résumé de l'atelier. Les rapports sur les ateliers tenus jusqu'à maintenant se trouvent sur le site Web d'« Inspirer la démocratie », sous l'onglet Événements. Un rapport final sur la série d'ateliers sera publié plus tard en 2014.

Jour 1 : Le jeudi 25 septembre

Séance de la matinée

Séance A : Les participants ont commencé par définir la participation citoyenne des jeunes et déterminer les obstacles qui empêchent ces derniers de participer pleinement à la vie citoyenne. Miriam Fahmy de l'Institut du Nouveau Monde (INM) a donné un aperçu de la participation citoyenne.

Plusieurs points ont été soulevés :

  • Selon l'INM, la participation citoyenne est l'exercice et l'expression de la citoyenneté par une participation active à la vie sociale, publique et électorale. La participation à la vie sociale se fait au quotidien, alors que la participation à la vie publique se déroule dans des lieux de décision publique et que la participation électorale concerne le processus de vote et le processus politique.
  • Bien qu'elle soit au cœur de la démocratie, la participation citoyenne ne se limite pas aux élections et au processus de vote : c'est un mode de vie. La participation peut être motivée par un certain nombre de facteurs : intérêts, culture, valeurs, éducation, compétences, situation financière personnelle, réseaux sociaux, et l'observation de l'incidence de la participation.

Après la présentation de Mme Fahmy, le groupe a discuté des obstacles à la participation citoyenne, par exemple :

  • Le manque d'éducation civique : les jeunes manquent de connaissances, de ressources et d'information sur le processus politique et les élections. Ils connaissent mal les rouages du gouvernement, les partis politiques et les règles sur le vote (p. ex. circonscription dans laquelle devraient voter les étudiants qui ont déménagé pour leurs études).
  • L'absence de personnes modèles représentatives : les candidats et les politiciens ne reflètent pas la diversité de la population. Les jeunes modèles sont particulièrement rares, tout comme les femmes parmi les représentants.
  • Le cynisme et un manque d'intérêt et de confiance à l'égard du système électoral : on considère que les partis ont un esprit de rivalité et sont concentrés sur les électeurs plus âgés. Les jeunes ne se sentent pas concernés par les enjeux des campagnes électorales, qui ne sont pas abordés sous un angle intéressant pour eux. Il n'y a pas de véritable dialogue entre les politiciens et les citoyens, ni en famille ou entre pairs.
  • Les priorités concurrentes : les jeunes et d'autres groupes défavorisés (comme les nouveaux arrivants) sont surtout préoccupés par leurs besoins vitaux.

Séances de l'après-midi

Séance B : Miriam Lapp (Élections Canada) a présenté les tendances relatives à la participation des jeunes, les conclusions de la recherche concernant les obstacles, et le type de connaissances et de mesures qui favorisent la participation électorale des jeunes. La recherche a démontré que des obstacles liés à l'accès et à la motivation empêchent les jeunes de voter. Les organismes peuvent prendre des mesures pour aider les jeunes à surmonter ces obstacles pendant et entre les élections.

Des expériences favorisant la participation


Des expériences favorisant la participation

Après la présentation de Mme Lapp, le groupe a discuté des expériences et des connaissances qu'il faut avoir pour être prêt à voter pour la première fois :

Expériences

  • Participer à des activités pratiques avant d'atteindre l'âge de vote, comme des élections simulées (p. ex. Électeurs en herbe, des simulations parlementaires et l'observation du processus lorsque leurs parents vont voter).
  • Discuter avec ses parents et ses pairs des enjeux politiques et électoraux qui présentent un intérêt, et avoir pour modèle des membres de ces groupes qui encouragent la participation.
  • Prendre part à d'autres activités civiques, comme signer une pétition ou défendre une cause.
  • S'informer et demeurer informé sur les enjeux, par exemple en lisant les journaux et en assistant à des débats.
  • Considérer le vote comme un devoir.

Des connaissances favorisant la participation


Des connaissances favorisant la participation

Connaissances

  • les candidats, les principaux enjeux ainsi que les plateformes des candidats et des partis politiques;
  • les rouages du système politique et les différences entre les ordres de gouvernement;
  • le processus de vote : conditions à remplir pour avoir qualité d'électeur, méthodes d'inscription et de vote, façon de trouver l'adresse de son lieu de vote, règles qui déterminent où les étudiants peuvent voter;
  • les critères sur lesquels les électeurs peuvent baser leur choix;
  • l'importance de chaque vote.

Séance C : Mme Fahmy de l'INM a fait une présentation sur la façon de vaincre les obstacles à la participation des jeunes. Elle a présenté les différents programmes de participation citoyenne qu'offre l'organisme, et les leçons qu'il a retenues.

Par suite de ses travaux, l'INM a proposé de faire du vote « un rite de passage civique ». Cette proposition, qui vise à alimenter le débat, compte cinq mesures de réforme complémentaires :

  • la mise en œuvre d'un cours d'éducation civique en 9e année (3e année du secondaire) à l'échelle nationale;
  • le droit vote à 16 ans;
  • un service civique volontaire pour les jeunes de 16 à 24 ans;
  • l'institution du vote obligatoire (avec possibilité de vote blanc);
  • l'instauration d'un mode de scrutin partiellement proportionnel.

Par la suite, les participants ont discuté en groupe d'un éventail d'arguments pour et contre les diverses mesures proposées par l'INM. Ils étaient d'accord pour dire que d'importantes réformes électorales sont nécessaires pour rendre la participation citoyenne plus attrayante aux yeux des jeunes. Le système doit être plus ouvert et accessible. Les participants étaient favorables à l'idée de faire du vote une activité communautaire.

Jour 2 : Le vendredi 26 septembre

Le deuxième jour de l'atelier a donné lieu à des présentations et à des discussions sur les pratiques exemplaires en matière de participation des jeunes, et sur les mesures que peuvent prendre les organismes pour les encourager à participer. Les participants ont été invités à transmettre leurs outils de mobilisation à Élections Canada afin qu'ils soient intégrés au site Web d'« Inspirer la démocratie ».

Séances de la matinée

Séance D : Méthodes efficaces pour accroître la participation électorale des jeunes (présentations d'intervenants)

Marie-Laure Landais, Forum jeunesse de l'île de Montréal (FJIM)

  • Le FJIM est un organisme consultatif et non partisan qui représente plus de 500 groupes jeunesse de la région de Montréal. Mme Landais a parlé des obstacles à la participation des jeunes et des projets mis en œuvre lors des diverses élections pour mobiliser les jeunes, comme des activités en personne (p. ex. des débats) et la diffusion de vidéos sur YouTube pour joindre les jeunes qui participent moins.

Francis Sabourin, Électeurs en herbe

  • De 2009 à 2014, Électeurs en herbe a joint plus de 300 000 jeunes Québécois grâce aux élections parallèles dans les écoles et à des programmes d'éducation civique connexes (auxquels ont participé 60 000 jeunes lors de la dernière élection provinciale au Québec). Les résultats des élections parallèles organisées auprès des jeunes se rapprochent souvent de ceux des vraies élections. M. Sabourin a encouragé les participants à susciter l'intérêt des jeunes pour les enjeux des campagnes, en les invitant à des débats des candidats et en les encourageant à participer.


Ilona Dougherty, L'apathie c'est plate

  • L'apathie c'est plate, un organisme national, a réussi à joindre plus de 5 000 jeunes de 2008 à 2013. À la suite de discussions approfondies avec les jeunes, l'organisme a conclu qu'il faut accorder davantage d'attention à ceux qui ne participent jamais et qu'il est important de ne pas supposer que les jeunes ne s'intéressent pas à la politique. Divers projets menés en période électorale ont été présentés : rayonnement par courriel en Alberta, inscription de pair à pair en Colombie-Britannique, recours à des équipes de rue et rayonnement auprès des jeunes Autochtones.

Sylvia Martin-Laforge, Quebec Community Groups Network (QCGN)

  • Le QCGN est un organisme à but non lucratif qui regroupe 41 organismes communautaires anglophones du Québec. Les jeunes anglophones du Québec sont moins nombreux à participer à la vie politique et sont sous-représentés par rapport à leurs concitoyens francophones. Lors de l'élection québécoise de 2014, le QCGN a lancé la campagne « Vote it Up » pour encourager les jeunes anglophones à voter. Cette campagne, dont le porte-parole était une célébrité, a été l'occasion d'accorder des entrevues à la télévision et à la radio, de produire une vidéo intitulée « Put on Your Pants, Go Vote », d'assister à des activités pour les jeunes et de lancer un concours interactif sur Facebook.

Annie Marier, Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ)

  • La FEUQ a discuté de l'importance de rendre le processus de vote accessible aux jeunes ainsi que des divers obstacles auxquels ils se heurtent (problèmes de mobilité, lieux de scrutin situés à des endroits qui laissent à désirer, aucune pièce d'identité acceptée).
  • Mme Marier a souligné le travail accompli par la FEUQ et la Fédération étudiante collégiale du Québec lors de la dernière élection provinciale pour encourager les étudiants à voter. Les deux fédérations ont notamment organisé des débats sur les campus et mené une campagne promotionnelle (en faisant de la publicité, par courriel et dans les médias sociaux) pour encourager les étudiants à voter au bureau de scrutin situé sur leur campus. Lors de la dernière élection provinciale, la nouvelle disposition de la loi exigeant que des bureaux de scrutin soient établis sur tous les campus du Québec a été jugée particulièrement efficace pour augmenter la participation des étudiants. La présentation a aussi mis l'accent sur l'importance de joindre les établissements d'enseignement à l'extérieur des grandes régions métropolitaines.

Les participants discutent des mesures efficaces en matière de mobilisation des jeunes


Les participants discutent des mesures efficaces en matière de mobilisation des jeunes

Séance E : Activité de groupe – Encourager les jeunes à agir! Actions et stratégies à mettre en place pour les prochaines élections

Après les présentations, les participants ont discuté des mesures pouvant être prises pour accroître la participation des jeunes à l'élection générale de 2015, ainsi que des renseignements et des outils nécessaires à cette fin.

Les organismes ont recommandé de prendre les mesures suivantes ou se sont engagés à le faire :

  • organiser des discussions et des débats (p. ex. sur les campus) avec des élus pour établir des liens et traiter des enjeux importants pour les jeunes;
  • inciter les familles et les communautés à prendre part plus activement aux efforts visant à encourager les jeunes à voter (p. ex. organiser des activités communautaires les jours de vote pour rendre le processus de vote plus amusant et moins intimidant);
  • organiser des campagnes de recrutement de travailleurs électoraux auprès des jeunes de 16 à 18 ans;
  • créer des groupes de jeunes qui peuvent expliquer les enjeux et le processus à d'autres jeunes;
  • établir un contact avec les jeunes plus difficiles à joindre ou moins susceptibles de voter (p. ex. lors d'activités sportives ou artistiques, lors de cérémonies de citoyenneté, dans les écoles de métiers ou dans la rue);
  • encourager les jeunes chefs de file à se porter candidats et tenir des séances d'information sur le processus;
  • installer les bureaux de scrutin à des endroits plus accessibles, comme des écoles ou des YMCA;

  • Les participants discutent des gestes qu'ils peuvent poser

    organiser plus d'activités (p. ex. des ateliers comme ceux d'« Inspirer la démocratie ») pour expliquer le processus électoral aux organismes communautaires, faire du réseautage, souligner le travail des organismes et échanger des outils, et encourager les médias à en parler;
  • créer une liste d'envoi centralisée que les groupes communautaires pourraient utiliser en période électorale pour encourager le vote;
  • organiser pour les jeunes des activités sur le processus électoral, comme des camps sur le vote et l'École d'été de l'INM;
  • créer une carte d'information de l'électeur spéciale pour ceux qui voteront pour la première fois (pour les féliciter ou leur communiquer des messages différents);
  • inscrire automatiquement tous les électeurs (comme on le fait au Québec, au niveau provincial).

Les participants ont indiqué avoir besoin de ce qui suit pour soutenir ces activités :

  • des vidéos sur le processus et le système électoral, et des outils interactifs;
  • de courtes descriptions des programmes et des outils électoraux que d'autres peuvent utiliser;
  • la présence d'Élections Canada dans les médias sociaux et un site Web plus convivial;
  • des rapports de recherche et des statistiques plus facilement accessibles au grand public;
  • la participation de célébrités, à titre de porte-parole et dans des vidéos pour encourager le vote;
  • des outils dynamiques qui indiquent aux électeurs où, quand et comment voter;
  • des services pour les familles (p. ex. des services de garde pour permettre aux parents d'aller voter, de faux bureaux de scrutin dans les lieux de vote, auxquels les jeunes pourraient s'exercer à voter).

À la fin de l'atelier, Mme Lapp a fait une démonstration du système d'inscription en ligne offert par Élections Canada. En tant que directrice adjointe du Rayonnement, elle a réitéré l'engagement de l'organisme à établir le contact avec les jeunes afin de s'assurer qu'ils savent comment s'inscrire et voter à l'élection fédérale de 2015.

De plus, elle a souligné l'importance de créer une communauté axée sur la participation citoyenne et de collaborer pour favoriser la participation des jeunes en prévision de l'élection de 2015. Élections Canada demeurera en contact avec les participants (p. ex. en envoyant des bulletins d'information) et, à l'approche de l'élection, fournira aux organismes des outils pour indiquer aux électeurs où, quand et comment voter.

Annexe : Organismes participants

  • Centre d'écologie urbaine de Montréal
  • Centre d'encadrement pour jeunes femmes immigrantes
  • Comité des jeunes de la Centrale des syndicats du Québec
  • Conseil jeunesse de Montréal
  • Fédération des associations étudiantes du campus de l'Université de Montréal
  • Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec – Travailleurs et travailleuses unis de l'alimentation et du commerce 501
  • Fédération étudiante universitaire du Québec
  • Forum jeunesse de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent
  • Forum jeunesse de l'Île de Montréal
  • Forum jeunesse des Laurentides
  • Forum jeunesse Estrie
  • Forum jeunesse Lanaudière
  • Forum jeunesse Longueuil
  • Génération d'idées
  • Institut du Nouveau Monde
  • La Maison d'Haïti
  • L'apathie c'est plate
  • Mouvement pour une démocratie nouvelle
  • Quebec Community Groups Network
  • Table de concertation des forums jeunesse
    régionaux du Québec
  • Université Concordia – Centre pour l'étude de la citoyenneté démocratique
  • Université McGill – Centre pour l'étude de la
    citoyenneté démocratique
  • Ville de Montréal
  • YMCA ­– Québec