Inspirer la démocratie
Menu du site

Le vote chez les jeunes Canadiens – Discutons des raisons de leur faible participation

Télécharger le rapport en PDF

Télécharger le rapport en PowerPoint

Diapositive un – Question de recherche

  • Pourquoi les jeunes Canadiens participent-ils moins au vote lors des élections?
  • Pourquoi les jeunes Canadiens ont-ils plus tendance à être des « abstentionnistes récurrents » que les autres Canadiens?

    • Est-ce parce qu'ils possèdent des attitudes politiques distinctes des autres Canadiens?
    • Est-ce parce qu'ils ont un profil sociodémographique distinct des autres Canadiens?
    • Est-ce parce qu'ils sont plus « débranchés » de la politique que les autres Canadiens?

Diapositive deux – Méthodologie de recherche et collecte de données

  • Projet sur la diversité provinciale (PDP)
    • Questionnaire d'une durée de 25 minutes, en ligne, hiver 2014
    • 10 000 répondants
      • population générale (n = 6 448)
      • de 18 à 34 ans(n = 1 900)
      • minorités visibles (n = 1 600)
    • Questions mesurant la participation aux dernières élections fédérale et provinciale
    • Questions mesurant les attitudes par rapport à la politique provinciale et fédérale

Diapositive trois – Participation électorale
(élections fédérale et provinciale, et abstentionnisme récurrent)

Les jeunes Canadiens affichent un plus faible taux de participation au vote que les autres Canadiens

L'abstentionnisme récurrent est plus répandu chez les jeunes Canadiens que chez les autres Canadiens; l'écart est de 37 points entre les 18 à 24 ans et les 35 et plus

Qu'est-ce qui explique la plus grande propension à l'abstentionnisme récurrent chez les 18 à 24 ans?


Ce diagramme montre les taux de participation électorale et d'abstentionnisme récurrent selon les réponses recueillies dans trois groupes d'âge : 18 à 24 ans, 25 à 34 ans et 35 ans et plus. Les résultats indiquent que les répondants des deux groupes les plus jeunes risquaient davantage d'être des abstentionnistes récurrents, c'est‑à‑dire des répondants qui n'ont pas voté aux élections fédérales ni provinciales, que ceux du groupe des 35 ans et plus.

Diapositive quatre – Qu'est-ce qui explique le plus grand abstentionnisme récurent chez les jeunes Canadiens?

Une démarche en deux temps

  • Quelles sont les caractéristiques qui distinguent les Canadiens de 18 à 24 ans de ceux des 35 ans et plus?
  • Ces caractéristiques prédisent-elles un plus grand abstentionnisme récurrent?

Diapositive cinq – Les 18 à 24 ans possèdent-ils des attitudes politiques distinctes des 35 et plus?


Ce diagramme montre les résultats liés à la question suivante : « Les 18 à 24 ans sont-ils aussi intéressés par la politique que les 35 et plus? » Il est segmenté en trois groupes d'âge : 18 à 24 ans, 25 à 34 ans et 35 ans et plus. Tant pour la politique fédérale que provinciale, les résultats indiquent une corrélation directe entre l'âge et le niveau d'intérêt, ce qui signifie que les répondants des groupes les plus âgés ont été plus nombreux à signaler un intérêt pour la politique fédérale et provinciale que les plus jeunes répondants.

Diapositive six – Les 18 à 24 ans sont-ils aussi nombreux que les 35 et plus à se dire proches d'un parti politique?


Ce diagramme montre les résultats liés à la question suivante : « Les 18 à 24 ans sont-ils aussi nombreux que les 35 ans et plus à se dire proches d'un parti politique? » Il est segmenté en trois groupes d'âge : 18 à 24 ans, 25 à 34 ans, et 35 ans et plus. Tant pour les partis fédéraux que provinciaux, les résultats indiquent une corrélation directe entre l'âge et le sentiment de proximité, ce qui signifie que les répondants plus âgés ont été plus nombreux que les jeunes à se dire proches d'un parti politique.

Diapositive sept – Les 18 à 24 ans sont-ils aussi nombreux que les 35 et plus à se sentir coupables lorsqu'ils ne votent pas?


Ce diagramme montre les résultats liés à la question suivante : « Les 18 à 24 ans sont-ils aussi nombreux que les 35 ans et plus à se sentir coupables lorsqu'ils ne votent pas? » Il est segmenté en trois groupes d'âge : 18 à 24 ans, 25 à 34 ans et 35 ans et plus. Tant pour les élections fédérales que provinciales, les résultats indiquent une corrélation directe entre l'âge et le sentiment de culpabilité associé au fait de ne pas voter à une élection, ce qui signifie que les répondants les plus âgés ont été plus nombreux que ceux des autres groupes à dire qu'ils se sentent coupables lorsqu'ils ne votent pas.

Diapositive huit – Les 18 à 24 ans ont-ils autant confiance envers Élections Canada que les 35 et plus?


Ce diagramme montre les résultats liés à la question suivante : « Les 18 à 24 ans ont-ils autant confiance envers Élections Canada que les 35 ans et plus? » Il est segmenté en trois groupes d'âge : 18 à 24 ans, 25 à 34 ans et 35 ans et plus. Les résultats indiquent une corrélation directe entre l'âge et la confiance envers Élections Canada, ce qui signifie que les répondants plus âgés ont été plus nombreux que les jeunes à exprimer de la confiance envers Élections Canada.

Diapositive neuf – Les 18 à 24 ans sont-ils aussi nombreux que les 35 ans et plus à être des immigrants nouvellement arrivés?


Ce diagramme montre les résultats liés à la question suivante : « Les 18 à 24 ans sont-ils aussi nombreux que les 35 ans et plus à être des immigrants nouvellement arrivés? » Il est segmenté en trois groupes d'âge : 18 à 24 ans, 25 à 34 ans et 35 ans et plus. Les résultats indiquent que les répondants âgés de 25 à 34 ans ont été légèrement plus nombreux que ceux âgés de 18 à 24 ans à déclarer être des immigrants nouvellement arrivés. C'est le groupe des 35 ans et plus qui comptait le moins de répondants affirmant être des immigrants nouvellement arrivés.

Diapositive dix – Les 18 à 24 ans sont-ils aussi nombreux que les 35 ans et plus à être encore aux études?


Ce diagramme montre les résultats liés à la question suivante : « Les 18 à 24 ans sont-ils aussi nombreux que les 35 ans et plus à être encore aux études? » Il est segmenté en trois groupes d'âge : 18 à 24 ans, 25 à 34 ans et 35 ans et plus. Les résultats indiquent que les répondants âgés de 18 à 24 ans ont été, de loin, les plus nombreux à déclarer être encore aux études, comparativement à ceux des autres groupes d'âge.

Diapositive onze – Les 18 à 24 ans sont-ils moins nombreux à avoir des opinions politiques que les 35 et plus?


Ce diagramme montre les résultats liés à la question suivante : « Les 18 à 24 ans sont-ils moins nombreux à avoir des opinions politiques que les 35 ans et plus? » Il est segmenté en trois groupes d'âge : 18 à 24 ans, 25 à 34 ans et 35 ans et plus. Les résultats indiquent une corrélation directe entre l'âge et le fait de répondre à toutes les questions politiques, ce qui signifie que les répondants plus âgés ont été plus nombreux à répondre à toutes les questions politiques que ceux du groupe le plus jeune.

Diapositive douze – Qu'est-ce qui explique le plus grand abstentionnisme récurrent chez les jeunes Canadiens?

La caractéristique est-elle associée à l'abstentionnisme récurrent? Contribution à expliquer l'écart entre 18-24 et 35+
Attitudes politiques
Intérêt pour la politique Non ---
Proximité à un parti Oui (-) -3
Culpabilité lors de l'abstention Oui (-) -7
Confiance à Élections Canada Oui (-) -4
Profil socio-démographique
Nouvel immigrant Oui (+) -4
Encore aux études Oui (+) -7
Débranchés de la politique
Répondre « ne sais pas » Oui (+) -5*
Écart (observé) (37)
Écart (expliqué) (25)

Diapositive treize – Corrélation entre la propension de réponses « Ne sais pas » et l'abstentionnisme récurrent
(en tenant compte de l'intérêt pour la politique)

Figure  2 : Probabilité prédite d'être un non-votant récurrent d'après le nombre de réponses « Je l'ignore » aux questions politiques (contrôle de l'intérêt pour la politique). Ce graphique est segmenté en trois groupes d'âge : 18 à 24 ans, 25 à 34 ans et 35 ans et plus. Le graphique montre que, même si l'on contrôle l'intérêt des répondants pour la politique, il existe une corrélation directe entre l'augmentation du nombre de réponses « Je l'ignore » et l'augmentation de la probabilité d'être un non‑votant récurrent. Toutefois, le contrôle de l'intérêt pour la politique fait diminuer légèrement la probabilité d'être un non‑votant récurrent, car le nombre de réponses « Je l'ignore » est alors un peu moins élevé dans les trois groupes d'âge.

Diapositive quatorze – Conclusions

  • Les jeunes Canadiens ne sont pas que des abstentionnistes occasionnels; ils sont des abstentionnistes récurrents.
  • Plusieurs sont encore aux études, et il semble que les étudiants sont moins nombreux à voter que ceux qui ont terminé leurs études.

    Cela est cohérent avec l'argument de « l'adolescence prolongée ».
  • De plus, une proportion importante de jeunes Canadiens sont des immigrants nouvellement arrivés; ceux-ci ont moins tendance à voter lors de leur première décennie au pays.
  • Il semble aussi que les jeunes Canadiens ne se sentent pas très proches des partis politiques.

    Ce n'est pas clair pourquoi ils ne se reconnaissent pas dans les partis politiques.

    Ce qui est clair, par contre, c'est que la solution à l'abstentionnisme récurrent chez les jeunes Canadiens passe en partie par les partis politiques; ils doivent essayer d'engager les jeunes plus directement.
  • Mais il n'y pas que les partis politiques que l'on doive cibler. Il semble que les jeunes Canadiens ont aussi moins confiance envers Élections Canada.

    Il est difficile de dire si cette plus faible confiance est seulement temporaire dans le cycle de vie, mais il semble important de protéger l'autonomie et l'intégrité de notre système électoral et de ceux qui l'administrent. Les Canadiens, jeunes et vieux, semblent sensibles à ces enjeux.
  • Fait intéressant, on observe aussi un lien entre la confiance envers la Chambre des communes et le vote chez les jeunes.

    La relation n'est par contre pas celle qu'on pense. En fait, ce sont ceux qui expriment la plus faible confiance envers la Chambre des communes qui ont le plus tendance à voter.

    Ceci n'explique pas vraiment par contre pourquoi les jeunes votent moins que les autres Canadiens.
  • Pour comprendre l'abstentionnisme récurrent des jeunes, il faut aussi regarder au-delà des relations aux institutions. Par exemple, on remarque que les jeunes Canadiens semblent avoir plus de difficulté à exprimer des opinions politiques.
  • Par dessus tout, les jeunes Canadiens sont nombreux à ne tout simplement pas considérer le vote comme faisant partie de leur devoir de citoyens. Près de la moitié d'entre eux affirment ne pas se sentir coupables lorsqu'ils ne votent pas. 

    Cette caractéristique, plus que toute autre, distingue les jeunes Canadiens des autres Canadiens, et explique une large part de leur plus grande propension à l'abstentionnisme récurrent.

    Il faut donc travailler à cultiver le sens du devoir civique chez les jeunes, et à l'associer à l'acte de voter.

Diapositive quinze – Merci

Antoine Bilodeau (Concordia)

Luc Turgeon (Ottawa)

center for the study of democratic citizenship